BIENVENUE AU PLUS GRAND SANCTUAIRE DE FRANCE POUR ANIMAUX DE FERME

Près de Nevers, dans la Nièvre, se situe un havre de paix pour animaux de ferme.

La promesse d’un avenir heureux pour des centaines de moutons, mais aussi des chèvres, boucs, chevaux, ânes, cochons, vaches, poules, oies, canards, chiens et chats…

Tout ce petit monde a été sauvé par une femme, Dominique Mauer, qui a 62 ans continue de dévouer sa vie entière à son Sanctuaire et à ses protégés. Son but : sauver des animaux destinés à l’abattoir, maltraités, abandonnés, ou sortis de laboratoires d’expérimentation.

« Ici les animaux vivent tous en semi-liberté, explique-t-elle. Ils s’ébattent ensemble autour de la maison et sont rentrés le soir dans des espaces adaptés. »

Des animaux sensibles

Au contact de ces espèces, que l’on connaît d’habitude davantage dans l’assiette que dans un pré, Dominique a découvert les richesses de ces animaux souvent ignorés : « Les moutons sont des animaux très intelligents » Et elle s’interroge : « Nous sommes outrés devant les actes de cruauté dont sont victimes les chiens et les chats, mais que dit-on sur ces animaux qui souffrent de leur naissance jusqu’à leur mort ? » Dominique s’est donc donnée comme autre mission de sensibiliser le grand public à la cause des animaux de ferme, qui sont « des êtres sensibles et non pas des animaux stupides ! ».

Au contact de ces espèces, que l’on connaît d’habitude davantage dans l’assiette que dans un pré, Dominique a découvert les richesses de ces animaux souvent ignorés : « Les moutons sont des animaux très intelligents » Et elle s’interroge : « Nous sommes outrés devant les actes de cruauté dont sont victimes les chiens et les chats, mais que dit-on sur ces animaux qui souffrent de leur naissance jusqu’à leur mort ? » Dominique s’est donc donnée comme autre mission de sensibiliser le grand public à la cause des animaux de ferme, qui sont « des êtres sensibles et non pas des animaux stupides ! ».

C’est en 2009 que Dominique crée l’Association et le Sanctuaire du Domaine des Douages. Ancienne éleveuse de moutons, elle a un jour un déclic : comment peut-on chérir ces animaux, les nourrir, les soigner, les aimer pour au final les envoyer à l’abattoir… ?! Elle décide donc de garder ses moutons et désormais, elle veillera sur eux jusqu’à leur belle mort.

Elle continue ainsi à sauver d’autres animaux : d’autres moutons, mais aussi des vaches, chevaux, ânes, chèvres… saisis suite à des cas de maltraitance, à des faillites d’éleveurs, sauvés juste avant d’être envoyés à l’abattoir, ou même sortis de laboratoires de recherche.

C’est ainsi que quand vous vous promenez sur les 100 hectares des Douages, vous pouvez croiser deux chevaux qui se promènent tranquillement, des groupes de moutons qui semblent papoter entre eux, un âne relax qui vient quémander des câlins, des vaches paisibles qui vous regardent tout en continuant de brouter l’herbe…

Et puis il y a aussi les téméraires, ou les très sociables, qui apprécient particulièrement la compagnie des humains. Filoute et Fripouille, deux boucs qui préfèrent vivre dans la cour plutôt que dans les champs, toujours en quête d’une bêtise à faire. Les brebis nées aux Douages (leurs mamans sont arrivées au refuge enceintes), tellement proches de Dominique qu’elles essaient coûte que coûte d’entrer dans la maison, et qui parfois y arrivent ! Les Dragons, deux jars qui visent direct vos mollets quand vous vous approchez. Et les chiens et chats, eux aussi sauvés de maltraitance, qui ne se lassent pas des caresses.

Une période particulièrement difficile.

Mais le Sanctuaire ne reçoit aucune subvention de l’état. Seuls les dons permettent d’offrir à ces animaux cette vie tranquille.

En ces temps de crise, Dominique avoue que les dons se font attendre. Sans compter le prix du fourrage et du blé, qui ne cesse d’augmenter, et les étés de plus en plus secs qui grillent les champs et qui obligent à puiser dans les réserves de foin.

« C’est la crise, et on sent que les gens sont moins prêts à donner, confirme-t-elle. Surtout pour les moutons, qui ne sont pas forcément des animaux que l’on considère comme attendrissants. »

D’autant qu’elle est seule, aidée uniquement par un employé, pour prendre soin des 850 animaux du Sanctuaire. Dominique elle-même ne vit que du RSA. Alors elle espère maintenant trouver des partenariats, un mécène ou d’autres solutions, qui permettraient d’assurer un avenir au Domaine et surtout à tous ses pensionnaires.

Alors vous aussi venez aider le Sanctuaire des Douages en parrainant des animaux ou en faisant un don mensuel ou ponctuel (dons déductibles des impôts).

Pour que tous les pensionnaires des Douages puissent continuer à vivre en paix, loin de l’exploitation et de la fureur des hommes.

Site : https://www.domainedesdouages.com/

Dons : https://www.domainedesdouages.com/faire-un-don

Facebook : https://www.facebook.com/domainedesdouages

Instagram : @sanctuairedouages

https://www.youtube.com/channel/UCXeD0spsAPCAwo4NacKw6xQ

En savoir plus sur ce sujet

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Advertisment

develop4fun

Associations de Protection Animale, refuges, entrepreneurs/entrepreneuses zéro déchets et cruelty free, Develop4fun, partenaire d’Animalium Mag, s’adapte A VOTRE BUDGET pour la création de votre site internet, SEO Marketing et Web Marketing.

Informations et devis : contact@develop4fun.com

Derniers Articles




Livres Coup de cœur 💗

Top