Lorsque l’art sert une cause

Sculpteur animalier, c’est ainsi que l’on pourrait tout simplement définir Cyril Maccioni, mais peut être que finalement ce serait réducteur car l’artiste est avant tout un passionné, cette passion, elle est en lui depuis son plus jeune âge et l’a conduit à s’intéresser de près aux animaux, à la nature et l’environnement. Cette passion, nous pourrions presque dire qu’elle alimente un feu qui brule en lui depuis bien longtemps et qui n’a eu de cesse de grandir au fil du temps tellement il a soif d’apprendre, de comprendre ce qui l’entoure. Cette soif qui le caractérise l’a mené vers le métier qui est le sien aujourd’hui, un métier qui lui permet de s’exprimer comme il aurait toujours souhaiter le faire au travers d’œuvres animalières, mais avant d’aller plus loin il est important de faire un petit historique.

Le lieu de vie de l’artiste, sa proximité avec la nature, sa terre natale ont bien entendu joué un rôle important dans sa vie. Né en Corse, habitant à la campagne, toute son enfance a été rythmée par cette proximité avec la nature et les animaux. Issu d’une famille modeste lui ayant inculqué comme valeur le respect des choses, c’est avec une certaine humilité qu’il a décidé, plutôt tardivement il faut dire, d’oser sculpter des animaux pour « en vivre » car l’artiste n’était pas prédestiné à cela par sa famille qui avait souhaité qu’il fasse des études. C’est avec une certaine lassitude qu’il a poursuivi son parcours universitaire jusqu’à un DEA, mais on peut dire qu’à ce moment-là de sa vie, il n’était pas convaincu qu’il était sur la bonne voie, il s’est donc « cherché » quelque part, tantôt sapeur-pompier (pendant 10 ans) tantôt mannequin (pendant 4 ans) et plus tard dans divers métiers qu’il qualifiera d’alimentaires et ce jusqu’en 2013, date à laquelle, il décida de reprendre le contrôle de sa destinée en se lançant dans le projet de sa vie, à savoir créer de ses mains.

C’est précisément à ce moment-là qu’il a décidé de conjuguer sa passion pour le vivant avec son savoir faire accumulé afin de réaliser des animaux.

cyril maccioni
@Cyril Maccioni

C’est ainsi qu’il réalisa sa première sculpture animalière en 2015, un taureau qui se voulait minimaliste. Depuis, il a décidé de perfectionner sa technique dans le but de révéler au mieux la beauté du monde animal. Très sensible au sort que l’on réserve aux animaux sauvages il a choisi d’orienter ses choix vers les animaux les plus menacés ou maltraités. Parmi ses sujets, on retrouvera Le Gorille, la panthère, le rhinocéros, le loup, le grizzly, et d’autres tels que le mouflon ou encore récemment l’aigle. L’artiste a choisi de ne pas se limiter dans sa démarche afin de traiter de toutes les espèces sur cette liste, qui, malheureusement est exhaustive. Il le fait au travers de matériaux modernes bio sourcés, que sont les composites ce qui lui permet de réaliser des œuvres dont le mouvement se voudra très fidèle à l’animal.

cyril maccioni
@Cyril Maccioni

En effet, le mouvement de l’animal occupe une place très importante dans la démarche de l’artiste qui pense que l’esthétisme, la grâce animale ne peut se retranscrire qu’au travers d’une œuvre réalisée avec passion. Cette passion le conduit à étudier pendant de longues heures les postures des animaux. Ces postures il les élabore au gré de ses recherches photographiques sur des banques d’images. Le but, est tant que faire ce peut de réduire son empreinte sur le territoire animalier, il est important de faire les choses avec respect afin de ne pas nuire aux animaux, de ce fait la traque se veut photographique et non invasive sur le terrain.

Dans son travail de sculpteur il a choisi d’utiliser principalement la couleur noire qu’il assimile au deuil, ce deuil fait bien entendu référence à ce que l’on appelle aujourd’hui la sixième extinction de masse dans laquelle pas moins d’un million d’espèces seraient concernées.

cyril maccioni
@Cyril Maccioni

Ces animaux de couleur noir, il a choisi de les réaliser en les privant de leurs yeux, considérant qu’ils ont fait le sacrifice de leur vue afin de nous exhorter à l’acuité, car certes, en tant qu’humains nous avons la faculté de voir, mais nous ne regardons pas, nous fermons les yeux.

Afin d’aller plus loin dans sa démarche l’artiste a fait le choix de jouer avec la lumière, ces œuvres sont réalisées afin de générer un reflet, il fait référence au mot « réflexion » qu’il utilisera dans les deux sens du terme (la réflexion optique et l’acte de réfléchir), à savoir que la réflexion de la lumière sur l’œuvre (son effet miroir) pourrait permettre d’envisager une réflexion mentale lorsque le public voyant son reflet dans une œuvre qui se veut pure y verra que le défaut dans cette image est bel et bien l’Homme qui regarde passivement.

cyril maccioni
@Cyril Maccioni

Au travers de sa démarche l’artiste espère sensibiliser le public, car le respect des animaux et par conséquent de notre environnement, de notre planète est une chose qui se gagnera non sans difficulté au fil du temps, à force de communication et de persévérance.

@Stéphanie Maccioni

Très présent sur les réseaux sociaux, vous pourrez voir son travail et/ou le contacter via :

Instagram https://www.instagram.com/cyril.maccioni/

Facebook  https://fr-fr.facebook.com/CyrilMaccioni/

Linkedin    https://fr.linkedin.com/in/cyrilmaccioni

En savoir plus sur ce sujet

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Advertisment

develop4fun

Associations de Protection Animale, refuges, entrepreneurs/entrepreneuses zéro déchets et cruelty free, Develop4fun, partenaire d’Animalium Mag, s’adapte A VOTRE BUDGET pour la création de votre site internet, SEO Marketing et Web Marketing.

Informations et devis : contact@develop4fun.com

Derniers Articles




Livres Coup de cœur 💗

Top