Le trajet d’un loulou de Mayotte, depuis Ongojou jusqu’à Belfort en métropole.


Bonjour moi c’est Lana ! Vous vous rappelez de moi ?  Je suis la louloute qui a reçu des coups de marteau sur la tête et la première pour laquelle il y a eu un procès pour maltraitance. Une première à Mayotte ! Je suis un peu la mascotte de l’association et j’ai été choisie pour vous expliquer comment nos anges s’organisent afin que nous ayons la chance d’être adoptés mes congénères et moi en métropole. Je vais vous parler de mes copains qui partent pour la SPA de Belfort. Parce que moi, j’étais attendue à l’aéroport par ma nouvelle famille. Mais mes copains m’ont expliqué.

Mes copains et moi avons été sauvés par l’association Gueules d’amour à Mayotte mais il fallait trouver des adoptants. Nous ne pouvons pas tous être adoptés sur l’île, alors Tyler Biasini et son équipe ont lancé des appels à l’aide et la SPA de Belfort en Métropole a répondu présente. Mais comment nous transporter jusque-là ? Quand même 8 000 km ça fait loin et puis ce n’est pas à vol d’oiseau ! Alors je vous explique.

Association Gueules d’Amour
@ Association Gueules d’Amour

Afin de permettre aux animaux recueillis à Mayotte d’avoir plus de chance d’être adoptés le refuge de Mayotte “Les Gueules D’Amour” et la S.P.A. de Belfort ont établi ensemble un partenariat. En effet, il n’est pas rare que des transferts d’animaux depuis Mayotte jusqu’à Belfort aient lieu. Pour cela, les transferts en question font l’objet d’une véritable organisation de la part des deux associations, séparées l’une de l’autre par environ 8 000 Km. Celles-ci gèrent cela d’une main de maître, en vue de favoriser au maximum notre sécurité et notre réception d’un point A à un point B. Ainsi, la précision occupe une place très importante dans cette délicate opération. Bon ça, c’est une des bénévoles qui vous explique parce que moi je ne pourrais pas l’expliquer aussi bien !  Alors tout ça va prendre du temps et de l’argent, et ça va se jouer sur 48h !

Jour J : On quitte le refuge du village d’Ongojou dans la commune de Dembéni, au centre de l’île de Mayotte pour atteindre l’aéroport international de Dzaoudzi-Pamandzi. Il est 14h30, on est dans la voiture dans une caisse où l’équipe du refuge nous a mis une couverture, un jouet aussi pour qu’on se sentent moins perdus. C’est dingue, il y a toujours des embouteillages ! Vous connaissez ces bateaux à fond plats ? On les appelle des barges. C’est là-dessus que nous faisons la traversée jusqu’à l’île Petite-Terre. Cela dure environ vingt minutes. Nous, les traversées en bateau, on n’aime pas trop parce que ça bouge beaucoup et on ne connaît pas tellement ça. Une fois arrivés en Petite-Terre, on s’arrête sur la plage pour détendre nos pattounes et pour que les accompagnateurs se posent un peu avec nous.  

Association Gueules d’Amour
@ Association Gueules d’Amour

Après la pause, nous prenons la direction du parking de l’aéroport pour y arriver à 17h40. Moi je pensais que c’était fini mais non ! Il faut alors attendre une vingtaine de minutes pour l’enregistrement. L’attente pour l’enregistrement peut même, dans certaines situations et selon l’affluence, monter jusqu’à deux heures. Ça y est on est enregistré, houlà ça bouge c’est quoi ça ?! Suis sur un tapis mais je vais où ? Je suis inquiète et mes copains aussi, je le sens. J’ai entendu dire que l’on allait prendre l’avion et il va décoller à 20h30. Nous allons rester dans notre caisse de transport pendant 10 heures. Il y a beaucoup de bruits, je ne connais pas cet endroit. J’ai peur et j’ai froid aussi. Heureusement mes anges ont pensé à me mettre un manteau parce que, autant à Mayotte il fait chaud, mais là-bas, il gèle à pierre fendre !

Il est 6h05. On vient d’atterrir en métropole, à Paris. Tic-tac, tic-tac ! Bientôt je vais pouvoir quitter ma caisse mais il faut encore attendre la sortie de la douane à 6h50. Ça y est c’est fini on a passé la douane.

Ah tiens ! Des nouvelles têtes, et ils ont l’air gentil tous ces gens. Ah oui j’ai entendu dire que ce sont eux que l’on appelle les familles d’accueil il y aussi des personnes qui aident. Il y a ma future famille qui est là je les vois. On nous donne à manger et à boire et on nous fait nous dégourdir les pattes. Ouf ça va mieux parce que vous savez quoi ? Mes copains eux, vont encore voyager. Cette fois-ci, en voiture jusqu’à la gare de Lyon pour rejoindre ceux que l’on appelle les anges du rail qui vont nous prendre en charge dans le train ! Parfois, quand ce ne sont pas ces anges qui s’occupent du transfert, celui-ci est géré par d’autres membres de l’équipe des Gueules D’Amour. Alors, les copains, surtout les plus mal en point, sont pris en charge en région parisienne par deux dames très gentilles : Audrey Dumenil et sa maman Patricia Lecomte. Il leur arrive même de les garder auprès d’elle pendant un jour ou deux.

Association Gueules d’Amour
@ Association Gueules d’Amour

Il est 16h le train s’ébranle, encore une drôle d’expérience, des bruits, des odeurs qu’ils ne connaissent pas et ces gens tous ces gens ! Partout. A 18h ils arrivent enfin. Maintenant direction la SPA dans la commune de Belfort qui se situe dans le Nord-Est de la métropole, en Bourgogne-Franche-Comté. Heureusement qu’ils ont leurs manteaux ! C’est qu’il fait froid dans ce pays ! Car qu’en est-il du changement de climat ? Il est bon de rappeler qu’à Mayotte, le climat tropical est très humide et chaud, les températures moyennes oscillant entre 20 et 30°C tout au long de l’année. En parallèle à cela, le climat semi-continental de Belfort, très influencé par le froid des montagnes avoisinantes, est considérablement plus froid que celui de Mayotte avec une température annuelle moyenne s’élevant à environ 9,6°C. Comment se sentent-ils pendant et après chacun de ces longs trajets, dont les conditions ne sont assurément pas des plus optimales, du fait de l’espace clos et du stress  ? Il ne surprendra personne qu’après un tel voyage, si long et si stressant, mes copains sont exténués et à leur arrivée, conformément aux témoignages des personnes qui les réceptionnent, ils dorment pendant plusieurs heures. Tout cela semble simple, lorsque c’est expliqué de la sorte. Mais dans la pratique, cette entreprise génère un grand stress du côté humain -le personnel associatif-, mais aussi et sans conteste pour mes copains. C’est pourquoi, il semble tout à fait légitime de se questionner sur leur ressenti ainsi transférés d’un bout à l’autre du globe et du pays, tantôt par le biais de la route, puis sur une barge glissant et tanguant sur l’eau, par la voie des airs et par la voie ferroviaire. Toutefois, tous ces kilomètres avalés, toute cette organisation nous permet à tous de vivre une nouvelle vie, une vie de chien, mais pas au mauvais sens communément admis. Je veux parler d’une vraie vie de chien, faite de plein de câlins, d’amour et de respect, dans une famille aimante loin des maltraitances que nous avons tous subis à Mayotte. Alors un grand Merci à tous en mon nom, et au nom de tous mes congénères, à tous les partenaires, collaborateurs, bénévoles, donateurs de type particuliers et entreprises !

Association Gueules d’Amour
@ Association Gueules d’Amour

Contact

Tyler Biasini Rossi 

Président 

0639686300

agam976@outlook.fr

En savoir plus sur ce sujet

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Advertisment

develop4fun

Associations de Protection Animale, refuges, entrepreneurs/entrepreneuses zéro déchets et cruelty free, Develop4fun, partenaire d’Animalium Mag, s’adapte A VOTRE BUDGET pour la création de votre site internet, SEO Marketing et Web Marketing.

Informations et devis : contact@develop4fun.com

Derniers Articles




Livres Coup de cœur 💗

Top